Un printemps occupé pour les 5e année!

En mai, quelques élèves ont été témoins d’un tournage de vidéo avec les élèves de 5e année, de la classe de Mme Sonia. Il s’agissait en fait d’une suite à un projet amorcé avec notre AVSEC de l’école, Mme Marylène, en lien avec l’éthique et la culture religieuse. Lors de ce projet, les élèves ont été amenés à réfléchir sur les différents gestes de bienveillance, d’entraide et de partage que nous pouvons voir à l’école. Nous avons donc débuté la chaîne du partage. Dans la vidéo, nous pourrons voir des élèves réaliser différents gestes à l’égard des diverses personnes que nous côtoyons tous les jours (élèves, membres du personnel, direction).

Surveillez le site web de l’école, car la vidéo sera peut-être mise en ligne prochainement.

À travers ce projet, les élèves ont travaillé selon quelques comités élaborés pour le spectacle de l’école au centre culturel. Certains ont travaillé dans le comité communication, publicité, logistique, mise en scène, scénario… sans oublier les comédiens. C’est un travail colossal réalisé en quelques heures seulement. Lors de la création, les élèves ont travaillé très fort… Sans perdre une seule minute. La créativité était au rendez-vous. Il est important de préciser que Mme Marylène et moi avons été des guides. Les élèves ont tout fait. C’est leur création du début à la fin!

Je tiens à remercier tous les parents qui se sont mobilisés pour m’aider dans ce projet et tous ceux et celles qui se sont rendus disponibles. Je suis fière du travail et de l’implication de chacun.

Une preuve que lorsque tous travaillent ensemble avec un objectif commun, il est possible de réaliser de grandes choses… en peu de temps. (Même avec un p’tit 2 minutes de retard sur notre horaire!)

Sonia Bolduc, professeur de 5e année

 

Voici quelques créations du comité publicité:

This slideshow requires JavaScript.

Raconte-moi!

La collection Raconte-moi, publiée par les éditions de l’Homme, comprend de nombreux livres destinés à un public de 9-12 ans, qui traitent de personnalités, lieux et événements québécois. Actuellement, les biographies de Céline Dion, de Carey Price, et l’histoire du métro de Montréal ont entre autres été publiées. La maison d’édition organise un concours pour trouver d’autres personnages pour ajouter à la collection.

Les élèves de la classe de Mme Ingrid devaient donc faire une nomination et convaincre la maison d’édition que la candidature soumise était la meilleure pour faire partie de la collection. Ils ont beaucoup aimé faire ce projet qui les motivait énormément puisque c’est eux qui ont choisi leur personnage.

Voici trois des sujets choisis par les élèves.

Raconte-moi:  J. Armand Bombardier:

Dans le but de convaincre que J. Armand Bombardier mérite de faire partie de la collection “Raconte-Moi”, dans la catégorie “Personnage marquant du Québec”, nous avons trouvé quelques arguments:  en l’espace d’une dizaine d’années il a changé de manière considérable la vie des communautés du Grand Nord de l’Arctique et du Québec.  C’est un des plus grands inventeurs du Québec.  Il a travaillé avec les forces militaires.

Né à Valcourt le 16 avril 1907, J. Armand Bombardier a changé de manière considérable la vie des communautés du Grand Nord de l’Arctique et du Québec.  Il a inventé l’autoneige qui aidait les gens à se déplacer durant l’hiver.  Il a aussi mis au point des C18 qui amenaient les enfants à l’école plus facilement quand il y avait trop de neige.

Il a inventé l’autoneige comme le B7 qui a 7 places, le C18 qui va porter les élèves à l’école, le B12 et les véhicules blindés.  Il a aussi inventé la motoneige qui a été très populaire et l’est encore de nos jours.  C’est donc pour ça qu’il est un des plus grands inventeurs du Québec.

J. Armand Bombardier a collaboré avec les forces militaires pour les aider à gagner la guerre. Il a conçu des véhicules blindés comme le Kaki er Mark II et des B12 pour le déplacement des troupes militaires en Norvège.

J. Armand Bombardier est l’inventeur de l’autoneige, la motoneige et a changé la vie de plusieurs gens du Québec donc J. Armand Bombardier mériterait de faire partie de la collection “Raconte-moi”.

Alexandre et Adam



 

Raconte-Moi:  La tragédie du Lac-Mégantic

La tragédie du Lac-Mégantic devrait être choisie dans la catégorie “Moments marquants du Québec” car, c’est une des plus grandes tragédies du Québec.  C’est aussi un désastre environnemental qu’on ne voudrait plus qu’il se reproduise.

Une des plus grandes tragédies du Québec, est celle du Lac-Mégantic parce qu’elle a malheureusement tué 47 personnes et détruit une quarantaine d’édifices dans une zone de 2 km.  De plus, 50 millions de dollars ont été donnés en indemnité.

Celle-ci a été un désastre environnemental horrible à cause des 100000 litres de pétrole brut qui ont été déversés dans le Lac-Mégantic et dans la rivière Chaudière.  Cela a créé une contamination dans la chaîne alimentaire.

Pour que cela ne se reproduise plus, le Lac-Mégantic a pris le contrôle des matières dangereuses et il y a des personnes des États-Unis et du Canada qui se sont rencontrées pour discuter des nouvelles lois concernant la sécurité ferroviaire.

Pour finir, la tragédie du Lac-Mégantic a été un désastre environnemental horrible, une des plus grandes tragédies du Québec et afin que cela ne se reproduise plus, on pense que la tragédie mériterait sa place dans la collection “Raconte-moi”

Kalyane et Émy


 

Raconte-moi:  La ville de Sherbrooke:

La fabuleuse ville de Sherbrooke devrait faire partie de la collection de livres “Raconte-moi” dans la catégorie “Institution marquante” car celle-ci est le principal centre culturel et institutionnel de l’Estrie tout en étant une merveilleuse ville de villégiature.

Cette ville est le principal centre culturel de l’Estrie car celle-ci comporte plusieurs musées de différents sujets autant fascinants les uns que les autres.  Entre autres il y a le musée des Beaux-Arts où l’on peut y observer des magnifiques oeuvres et le musée des Sciences et de la Nature où l’on peut apprendre davantage sur les animaux et le mystère des sciences.

Sherbrooke est reconnue pour être une magnifique ville de villégiature.  Il y a plusieurs festivals qui se déroulent tout au long de l’année où nous pouvons y faire une multitude d’activités autant divertissantes les unes que les autres.  L’été il y a la populaire Fête du Lac des Nations où il y a plusieurs activités autant amusantes pour petites et grandes, et l’hiver il y a le Carnaval de Sherbrooke où c’est possible de faire plein d’activités hivernales.  On peut aussi y pratiquer des sports tels que le ski de fond, le ski alpin, le ski nautique, la glissade sur tube, le vélo, le fat bike ainsi que plusieurs autres.

Cette ville hors du commun est une fabuleuse ville de villégiature où tout le monde peu importe l’âge peut s’amuser autant en allant aux festivals amusants qu’aux musées instructifs.  La ville de Sherbrooke est aussi un grand centre institutionnel car elle comporte 2 universités et 2 CEGEP anglais-français.

Sherbrooke est le principal centre institutionnel et culturel de l’Estrie de plus elle est une fabuleuse ville de villégiature.  Sherbrooke mérite d’avoir son histoire écrite dans la collection de livres “Raconte-moi”

Cassilie et Olivia

Sortie à Montcalm

En  avril, les classes de 4e, 5e et 6e année se sont rendues à l’école Montcalm afin de voir la comédie musicale de l’année.
Intitulée « Racine: comme une main à travers le brouillard », celle-ci traitait de sujets très actuels comme les impacts de la technologie, l’environnement, l’humanisme, la famille, l’entraide et l’amitié. Créée par les élèves de secondaire 3, 4 et 5 en concentration cordes et piano, la comédie a beaucoup plu avec son histoire, les décors et bien sûr, la musique.

Voici les impressions de deux élèves de 6e année.
« J’ai aimé ça, j’ai trouvé ça divertissant, car en plus de la musique, il y avait une histoire. J’ai beaucoup aimé quand ils chantaient, aussi quand les scientifiques faisaient des tests. C’est impressionnant qu’une comédie comme ça soit montée en si peu de temps! En plus, il y  avait une seule personne pour créer ces costumes spectaculaires! Le côté musical était au top. Tout ça m’a donné le goût de faire encore du violoncelle et de faire partie de la comédie un jour. »
– Mallory Leonard

« J’ai aimé la comédie, en particulier le moment de l’inondation où ils faisaient des vagues avec des grandes pièces de tissu. Les costumes des Namalis (monde nature), je les ai trouvés très originaux. Moi, j’aimerais être un comédien quand ce sera notre tour à Montcalm. »                             – Cédric Després

Le salon de la santé

Au début du mois, les 5e année ont organisé le traditionnel salon de la santé, qui en était à sa 7e édition. Ils avaient préparé 11 kiosques où plusieurs sujets reliés à la santé ont été abordés. Ils ont même eu droit à une couverture médiatique de Radio-Canada!

Salon de la santé Sacré-Coeur Radio-Canada Estrie 6 avril 2017

Dans le cadre de cet événement, certains élèves ont pu assister à une conférence intitulée « Vers le bonheur », donnée par Matthieu Paré, doctorant en sciences de l’éducation. Les plus jeunes ont quant à eux vu leurs efforts récompensés grâce au vélo-smoothie, puisque chaque coup de pédale les rapprochait de la dégustation d’un bon smoothie aux fruits et aux légumes.

La recette du smoothie:

2 tasses d’ananas congelés

1/4 tasse d’épinards frais

5-10 rondelles de zucchini

3 c. à soupe de yogourt vanillé

2 tasses de jus de pomme

1/2 banane

Passez le tout au mélangeur et dégustez!

À la recherche d’une planète idéale

Voici un texte écrit par une élève de 5e année de la classe de Mme Ingrid, dans le cadre d’un projet où les élèves devaient décrire leur arrivée sur une nouvelle planète, suite à l’écoute du film «Dans une galaxie près de chez vous».

Après toutes ces recherches, me voilà arrivée sur cette nouvelle planète qui semble correspondre à mes attentes. Serait-ce enfin la planète idéale pour déménager les milliards d’humains de la Terre? Ma navette spatiale se pose délicatement sur ce sol inconnu. Je regarde par le hublot circulaire un peu embué et j’aperçois quelque chose bouger à l’extérieur.

Tout ce que je vois me remplit d’espoir. Autour de moi, il y a une multitude de plantes de toutes sortes : fleurs, arbres (conifères et feuillus), buissons… Il y a même quelques arbres tropicaux et quelques variétés de cactus! Je m’apprête à appeler mon équipage quand j’entends des bruits de tambour. Là, de sous un saule pleureur, arrive une bande d’extraterrestres.

Ils sont environ une centaine! Puis, la foule se fend en deux. Du bout de l’allée, arrive un extraterrestre nettement plus grand que les autres, autrement dit de taille colossale. Selon l’endroit de son corps ( tête, bras, jambes …), il peut être verdâtre, violacé ou encore turquoise. D’une démarche digne, il avance jusqu’à moi. Je sens mon cœur qui bat dans ma poitrine. J’appelle mes amis. En les attendant, j’observe le grand extraterrestre qui se tient devant moi. Je lève la tête vers son visage et remarque que cette partie de son corps est plus pâle que le reste. Avec sa tête triangulaire et son teint livide, il me fait penser à un vampire. Mais, il n’y a pas que ces deux attraits physiques qui me font penser à ce monstre. Il y a aussi sa peau ridée, son nez retroussé et pointu, ses lèvres charnues, ses joues rebondies, son menton double et sa tête chauve. Il se dégage de lui une odeur nauséabonde. Ça me donne le tournis… Il porte une toge de vignes tressées et dorées parfaitement ajustée à sa taille, ainsi qu’un drôle de chapeau muni d’une dizaine de couteaux. Les autres, eux, ne portent que des jupes de lianes brunes pour les hommes et des robes de vignes tressées pour les femmes.

Le reste de mon équipage arrive.

– Que se passe-t-il ? demande Tommy qui a encore mis sa combinaison à l’envers.

– Eux, répondis-je en pointant du doigt la bande d’extraterrestres.

Puis, de façon inattendue, l’extraterrestre qui a l’air du chef lève un bras et se baisse, aussitôt imité par son peuple. Ils se mettent alors les mains sur les fesses!

-Bienteniou, annoncent-ils en même temps.

Devant notre air hébété, le chef lance une série de mots incompréhensibles et s’assoit en tailleur sur le sol. Dès qu’il est prêt, dix personnages autour de lui agrippent les couteaux de son chapeau et les sortent de la couronne. Ils se dirigent vers nous en nous menaçant de leurs armes. J’entends le roi rire de sa voix basse et tout d’un coup, je reçois un violent coup sur la tête qui me fait perdre connaissance.

Je me réveille quelque temps plus tard. Je suis la dernière à m’être réveillée. Quelqu’un m’agrippe les épaules. C’est Edgar le colosse de l’équipage. Il s’assure que tout le monde est réveillé (apparemment les autres aussi se sont fait assommer) et il lance :

– Allez, tout le monde debout! Qui va se sortir d’ici ?

– C’est nous…, marmonnons-nous.

C’est alors que deux extraterrestres possédant six bras chacun viennent nous chercher. Ils nous attrapent avec brutalité et nous emmènent dans une grande salle au haut plafond. Le roi et tout son peuple s’y trouvent.

-Bienteniou, déclare le roi d’une voix hautaine. I dy Yolo.

-Bienvenue, répète un extraterrestre en français. Je suis Yolo.

-Lono to toy Yolo ! crie le peuple.

– Longue vie au roi Yolo ! répète le traducteur.

-Ishlang bosch tchit ? demande le roi.

-Que voulez-vous et que faites-vous ici ? demande le jeune extraterrestre.

– Nous venons de la planète Terre et nous cherchons une autre planète pour déménager ses milliers d’habitants, dis-je au roi Yolo.

-Shouge rimba Erret to notcha guesta, prononce le jeune traducteur.

– Désolé, redit le traducteur. Nous ne pouvons pas vous accueillir, mais la planète Chate sera parfaite pour vous.

– Et comment fait-on pour se rendre sur Chate ? demandai-je.

-Chté cabou ? demande l’extraterrestre à son maître.

– Cabou chté Chate, imagnare éta bouliminachou, éta tichou, éta cachacrou, répond le roi.

– Pour se rendre sur Chate, prononce le traducteur, tu pars vers le Nord, puis tu passes devant la ceinture d’astéroïdes, tu tournes à gauche pour arriver devant la rangée cent trois. Tu prends le corridor et quand tu sors à l’autre bout du tunnel Chate est juste devant toi.

– Merci beaucoup pour votre aide! Au revoir! remerciai-je.

-Merco bi po vi dé ! Bibou ! traduit l’extraterrestre au roi.

-Bibou ! lance Yolo.

-Bye, entendis-je dire une dernière fois le traducteur, avant d’être escortée vers la sortie puis vers notre navette.

Avant de fermer la porte de la navette, je remercie les extraterrestres encore une fois.

Tout ce que je peux dire, c’est que j’ai eu une journée mouvementée. Maintenant, qu’est-ce qui nous attend sur cette mystérieuse planète du nom de Chate ?

Ça reste à savoir…

Auteure : Carolane Dumoulin, 5e année classe d’Ingrid